HISTOIRE ET ORIGINES

Sourire « El Foment de la Sardana Esbart dels Reis de Mallorca » fut fondé à Perpignan en novembre 1931 (déclaration au journal officiel).Il s’était donné pour but de maintenir la Sardana, de la propager chez tous ceux épris d’amour pour cette magnifique danse des Catalans. 

Par le sérieux de son travail, cette Société conquit rapidement ses lettres de noblesse dans de nombreux concours et manifestations. Elle se produisit notamment au Palais des Papes en AVIGNON en 1953 et 1955.

             - Au festival des Provinces Françaises à NICE en 1957

            - Aux fêtes de la Coupo Sante à BAGNERES DE BIGORRE en 1953 et 1957.

            - A Toulouse, aux Applecs de la Sardana en 1959, 60, 61 et 64.

 Participant chaque année aux stages de folklore sous l’égide du Ministère de l’Education Nationale, ce groupe était considéré comme le plus représentatif de notre région si riche en traditions.

 A DIJON aux Jeux d’automne, il reçut du chanoine KIR, député-maire de cette ville, le Collier de Bronze, en présence de l’élite du folklore européen : Hongrie, Israël, Italie, Pologne, Portugal, Autriche, Allemagne, Belgique, Russie, Suisse et Tchécoslovaquie, aux côtés de 30 groupes Français représentant notre Pays. Ce fut une éclatante démonstration du Foment de la Sardana qui y prit une place de premier plan. 

En juillet 1964, il représentait la France et la Catalogne au Festival International de SCHOTEN et se classa aux côtés des nations étrangères présentes. 

Durant les années 70 et 80, « El Foment » se produisit dans la plupart des festivals internationaux français (Amélie les Bains, Confolens, Roman sur Isère, …) mais aussi en Espagne (PERALDA, GERONA)  et en Pologne (Opole et Zakopane).

 Le Groupe a eu l’honneur de la Télévision française à plusieurs reprises, notamment : 

            - Emission d’Albert RAISNER, « Age tendre et Tête de bois »

            - La jolie Sardane, de Charles TRENET

            - Parade d’Eté

            - Galas Sacha DISTEL, Claude FRANCOIS, Marcel AMONT, Les COMPAGNONS DE LA CHANSON, Alain BARRIERE, Danielle GILBERT « Les Quatre Saisons ». 

Il a été reçu par les villes de : 

            * LANCASTER et MORECAMBE en Angleterre où, dans le cadre du jumelage « Perpignan-Lancaster », il a reçu les ovations du public anglais et l’assurance d’un prochain retour dans les îles britanniques.

            * BERNE en Suisse, avec une réception officielle à l’ambassade.

            * KRALOV, SCALICIE en Tchécoslovaquie

            * Au JAPON, où le Prince Impérial remis un Diplôme d’Honneur écrit de sa main. 

 Déçu Eté 1964 : la tragédie du  27 juillet : 

La ville d’Hymont ayant demandé le concours du groupe pour sa fête, au soir d’avoir trouvé tant d’amitié en ce lieu, plein de joie, EL FOMENT prit la route de Perpignan…Ce fut le dernier départ. 

A 5 kilomètres de la station thermale de Vittel et à 1 kilomètre avant Haréville-sous-Montfort, le bus prit un virage en S sur un pont…Soudain ce fut la chute, le car s’écrasait 11 mètres plus bas sur la voie ferrée…Par un coup cruel du sort, les rires et les chants  étaient remplacés à l’instant par les larmes du désespoir… 

Ce prestigieux groupe du FOMENT DE LA SARDANA DE PERPINYA  laissait derrière lui un souvenir impérissable. 

La mort avait frappée durement…Aux cercueils couvert du drapeau catalan, Perpignan et tout le Roussillon, auxquels s’étaient jointes de nombreuses délégations étrangères, firent une réception, empreinte d’une très grande tristesse et de grandioses obsèques à ces vingt ambassadeurs du folklore catalan injustement entraînés dans la mort en pleine jeunesse. 

C’est ainsi que, dans un élan unanime, les anciens danseurs et membres d’organisations catalanes, au cours d’une assemblée générale, présentèrent une personnalité éminente de notre ville, Monsieur Joseph DELONCLE, conservateur du musée d’art et traditions populaires, à la CASA PAIRAL du Castillet, et lui demandèrent de bien vouloir accepter d’assumer l’intérim de la présidence de la société. 

Le  drapeau du Groupe est conservé dans l’une des vitrines des « Ages de Vie » de ce musée, avec un costume ayant appartenu à une victime. 

- Dans les Vosges, le « Pont Maudit » refait à neuf par décision des autorités, fut baptisé par M. le Maire de la ville d’HARREVILLE-SOUS-MONFORT : « PONT DU FOMENT DE LA SARDANA ». 

- Le Maire – Député de l’époque, Monsieur Paul ALDUY, en mémoire aux disparus, baptisa un boulevard du quartier du Moulin à Vent de Perpignan, Boulevard Foment de la Sardana, et, une plaque commémorative repose désormais dans ce même quartier derrière l’église Saint Paul. 

- A Collioure, notre port Catalan, la grande place des H.L.M de la ville porte, par décision du conseil municipal, le nom de « FOMENT DE LA SARDANA » ressucité. 

Après quoi un nouveau conseil d’administration était élu. La vie reprenait ses droits et allait connaître un renouveau.  

EL FOMENT repartait de plus belle vers l’avenir pour se produire chaque année en public.

Date de dernière mise à jour : 2012-04-13 11:48:39

Site créé avec Agenda Culturel